blog

Une approche de mise en œuvre | AUGI

Arrière

19 juin 2018

Mise en œuvre : « Le processus de mise en œuvre d’une décision ou d’un plan. »

Quelques mots décrivant une tâche parfois difficile.

Lorsque j’ai commencé mon nouveau travail il y a deux ans, l’un de mes premiers objectifs était de mettre en œuvre un menu partiel personnalisé pour le groupe d’ingénierie de huit membres de mon bureau. Dans le passé, j’avais conservé tous les fichiers de personnalisation sur le serveur et les clients y avaient accès à partir de là. J’ai vite découvert, cependant, qu’en raison de la lenteur de l’accès réseau à notre serveur qui réside hors site, tout nouveau fichier de personnalisation devrait être stocké localement afin d’obtenir des performances acceptables.

J’ai réfléchi à cette situation pendant un moment et j’ai décidé que pour mon plan de mise en œuvre, je :

Créez une copie principale des fichiers et placez-les dans des dossiers partagés sur le serveur.
Faites des copies locales de ces mêmes fichiers et dossiers sous « C:UsersPublic ». Cet emplacement dissimulerait quelque peu leur emplacement et éviterait qu’ils soient spécifiques à un utilisateur.
Créez un fichier batch, qui lierait tout ensemble et garderait automatiquement les fichiers locaux de l’utilisateur synchronisés avec les versions réseau.

Lors de la création des fichiers dont j’avais besoin pour le menu personnalisé, j’ai choisi de tout mettre dans un dossier appelé AutoCADSupport, puis de diviser les fichiers sous celui-ci en trois autres dossiers en fonction de leur fonction :

  • Un dossier pour les fichiers de menu réels
  • Un autre dossier pour les blocs que j’utilisais
  • Un troisième pour contenir les fichiers AutoLISP que j’écrivais
  • Cette structure a gardé tout bien rangé. J’expliquerai le but du fichier SyncACAD.bat et son raccourci plus tard.

    Après avoir passé du temps à créer les fichiers nécessaires pour un menu partiel fonctionnel, je les ai copiés dans les dossiers réseau partagés.

    Maintenant, tout ce dont j’avais besoin était le fichier batch qui synchroniserait les fichiers et dossiers sur le réseau avec l’emplacement sur les machines clientes que j’avais choisi précédemment. J’ai placé ce fichier (que j’ai appelé SyncACAD.bat) et un raccourci vers celui-ci dans le dossier principal AutoCADSupport sur le réseau. Fondamentalement, le fichier batch fonctionne comme ceci :

    A lire :  Apprenez les bases d'AutoCAD : JOUR 11
  • Assurez-vous que le réseau est disponible.
  • Assurez-vous que les dossiers existent sur l’ordinateur client.
  • Copiez les fichiers du réseau vers le client. Pour cette tâche, j’ai choisi d’utiliser Robocopy (Robust File Copy) pour faire le gros du travail. L’une de mes options Robocopy préférées est le commutateur de miroir (/mir). Cela me permet de faire une copie exacte d’un dossier dans un autre emplacement. Robocopy ne copiera également que les fichiers qui ont été modifiés, en réduisant au minimum le temps d’exécution du fichier batch suivant.
  • Copiez le raccourci vers le fichier batch dans le dossier de démarrage de l’utilisateur afin qu’il s’exécute à chaque connexion.
  • Copiez le raccourci sur le bureau de l’utilisateur afin qu’il puisse également l’exécuter à volonté.
  • Voici le fichier batch réel :

    Passons maintenant en revue ligne par ligne et voyons comment cela fonctionne.

    Lignes 1 à 4 : désactive les commandes en écho à l’écran, définit le titre de la fenêtre, puis efface l’écran. Ce sont des commandes assez standard pour le démarrage de la plupart des fichiers batch avec lesquels j’ai travaillé.

    Ligne 5 : Agit comme un saut de ligne et crée une ligne vide à l’écran.

    Ligne 6 : Une ligne de commentaire indiquant au lecteur ce qui est censé se passer ensuite. Les deux deux-points d’affilée (::) indiquent au fichier batch qu’il n’y a rien à exécuter sur cette ligne et d’ignorer le texte qui suit. J’ajoute des commentaires à certains endroits du fichier pour me rappeler ce que le programme est censé faire.

    Ligne 7 : vérifie si l’emplacement réseau est disponible. Sinon, le fichier batch saute jusqu’à la ligne 25.

    Ligne 8 : Si l’emplacement réseau a été trouvé avec succès, cette ligne imprime une notification à l’écran.

    A lire :  Personnalisation de la barre d'outils d'accès rapide d'AutoCAD

    Lignes 11 à 14 : vérifie si les quatre dossiers sur l’ordinateur client existent et, si ce n’est pas le cas, les crée. Ces étapes ne sont pas strictement nécessaires lors de l’utilisation de Robocopy, mais ma préférence est de m’assurer que tous les dossiers dont j’ai besoin existent déjà avant d’y copier des fichiers.

    Lignes 17 – 19 : C’est vraiment là que le gros du travail se produit. Robocopy copie les fichiers de l’emplacement réseau vers l’ordinateur local. Le commutateur « /MIR » garantit que chaque dossier sur le client est une copie exacte du dossier du serveur. De cette façon, si des fichiers sont supprimés du serveur, il n’y a pas de fichiers orphelins qui traînent sur les ordinateurs clients, prennent de la place et prêtent à confusion. De plus, comme notre connexion réseau au serveur peut parfois être peu fiable, j’ai inclus des commutateurs indiquant à Robocopy de réessayer n’importe quel fichier 5 fois (/R:5) et d’attendre 5 secondes entre les tentatives (/W:5). Vous pouvez voir toutes les options disponibles de Robocopy en ouvrant une fenêtre de commande et en tapant « Robocopy / ? à la ligne de commande (sans les guillemets, bien sûr).

    Ligne 21 : copie le raccourci du fichier batch dans le dossier de démarrage de l’utilisateur actuel. C’est ce qui fait que le fichier batch s’exécute lorsque l’utilisateur se connecte et garde tous les fichiers synchronisés automatiquement.

    Ligne 24 : copie le raccourci sur le bureau de l’utilisateur. À l’origine, je n’avais pas prévu de le faire, mais avoir un moyen pour les utilisateurs de mettre à jour leurs fichiers locaux sans se déconnecter et se reconnecter (ou expliquer comment accéder au dossier de démarrage) a rendu la vie de chacun un peu plus facile.

    Ligne 25 : C’est là que le programme saute lorsque le chemin du réseau est introuvable.

    Une fois tous les fichiers liés à AutoCAD® en place sur le serveur et le fichier batch testé (sur quelques cobayes pour la plupart disposés), il ne restait plus qu’à copier les fichiers sur les machines locales et configurer AutoCAD pour trouver tout.

    A lire :  Comprendre la contrainte géométrique

    Il n’y a que huit personnes dans mon groupe, et elles sont toutes dans le même bureau que moi, donc c’était assez facile de faire le tour et de configurer leurs machines individuellement. J’avais déjà le fichier batch en place, donc le moyen le plus simple d’obtenir les fichiers sur les ordinateurs locaux était d’ouvrir l’Explorateur Windows, de naviguer jusqu’au dossier AutoCADSupport sur le serveur et de double-cliquer sur le fichier batch.

    Une fois terminé, j’avais une réplique parfaite des dossiers réseau.

    Ensuite, j’ai ajouté le menu et les dossiers de support nouvellement créés au chemin de recherche des fichiers de support et les ai déplacés en haut de la liste.

    N’oubliez pas non plus d’ajouter ces mêmes dossiers à la liste des emplacements de confiance pour éviter l’avertissement de sécurité ci-dessous.

    Une fois les emplacements des dossiers définis, il ne restait plus qu’à charger le nouveau menu personnalisé avec la commande MENULOAD. Accédez au dossier %Public%AutoCADSupportMenu et choisissez le menu partiel pour le charger.

    À partir de ce moment, toutes les modifications apportées aux dossiers réseau sont copiées sur les ordinateurs des utilisateurs lorsqu’ils se connectent à leur machine. J’ai depuis ajouté une fonction de journalisation au fichier batch et au dossier de la palette d’outils à la liste. J’ai pu distribuer les palettes d’outils aux utilisateurs sans avoir à revisiter l’un des ordinateurs. J’ai également mis à jour les propriétés du raccourci afin qu’il s’exécute dans une fenêtre réduite pour empêcher les utilisateurs de le fermer après s’être connectés (même s’il leur a été dit de ne pas le faire !).

    Bouton retour en haut de la page